Le 28 octobre dernier, nous avons officiellement racheté le Parc des Alcools de Longuefuye. Cette acquisition s’inscrit dans une démarche d’optimisation du bilan carbone lié au transport des déchets.
Conscients de l’inquiétude, mais également des rumeurs qu’a généré cette acquisition, nous avons, dès le 13 septembre dernier, tenu informée l’Association Terre et Vie d’Anjou de nos objectifs et de la destination générale du Parc.

Soucieux de transparence, mais aussi afin de lever toute ambiguïté, nous publions l’intégralité de notre courrier.

Nous souhaitons rappeler que le Parc des Alcools a vocation à être aménagé en plate-forme de « transbordement », dans le cadre d’une liaison rail / route.

Le transbordement consiste en un transfert direct des caissons acheminés par train sur les camions, ou inversement des camions sur les trains, et ce sans contact avec le sol.
Cette organisation répond à notre volonté de réduire nos émissions de gaz à effet de serre liées au transport à destination ou en provenance de notre site de Changé.
Seront concernés :

  • les déchets acheminés pour valorisation ou traitement sur notre site
  • le CSR (Combustible Solide de Récupération), produit à partir de déchets industriels banals ou encombrants non valorisables. Ce CSR sera expédié à destination d’industriels en vue de sa valorisation énergétique. C’est une ressource alternative à l’utilisation d’énergies fossiles.
En aucun cas le site n’a vocation à devenir une installation de traitement de déchets.

Il faut par ailleurs rappeler que la réglementation en vigueur dans notre pays apporte des garanties et encadre strictement toute activité de traitement de déchets.
Le Parc des Alcools ne dispose pas d’autorisation ICPE (Installation Classée Pour l’Environnement) avec une rubrique déchets. Toute évolution d’activité ferait l’objet d’une procédure administrative incluant une enquête publique à laquelle l’ensemble des parties prenantes serait associée, au titre de la loi Bouchardeau du 12 juillet 1983.

Nous avons toujours privilégié le dialogue et la transparence, et continuerons dans ce sens.



Courrier de Joël Séché du 13 septembre 2011