SUI_Polmar-46.jpg

Les 10 et 11 mai dernier, la préfecture maritime de la Manche organisait, dans le cadre du dispositif Orsec, un exercice majeur d’assistance à navire en difficulté (ANED) et de lutte contre une pollution maritime (POLMAR) au large du Port du Havre.

Baptisé « ANED-POLMAR 2016 », cet entraînement « grandeur nature » a mis en scène de nombreux militaires, agents de l’Etat, privés et bénévoles, une vingtaine de moyens nautiques et aériens … et 12 salariés de Séché Urgences Interventions.

Objectif de la manœuvre ? Permettre un entraînement en conditions réelles afin de coordonner l'action en mer et à terre en cas d'accident majeur en mer. Le scénario, spécialement étudié pour paraître le plus réaliste possible, simulait la collision entre un chimiquier et un pétrolier.

D’importants moyens techniques en mer et à terre


Sous le regard attentif des préfectures maritimes, dont l’objectif était de " valider les procédures de gestion de crise de la préfecture maritime et de la préfecture de Seine-Maritime et notamment à coordonner leur action en mer et à terre", d’importants moyens ont été mis en œuvre, en mer et à terre.
De nombreux moyens nautiques et aériens étaient mobilisés, y compris étrangers puisque l'Agence européenne de sécurité maritime (AESM), la Grande-Bretagne et la Belgique y étaient associées : quatre bâtiments de la Marine nationale, deux de la Gendarmerie maritime, le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage Abeille Liberté ou encore le bâtiment d’assistance, de soutien et de dépollution Argonaute.
Des moyens aériens complétaient le dispositif maritime : l’hélicoptère Dragon 76 de la Sécurité civile, l’hélicoptère EC-135 des douanes, l’hélicoptère EC-225 de la Marine nationale. Et pour la première fois, un drone a pris part au dispositif aérien notamment dans le cadre des opérations de localisation des nappes d’hydrocarbures (simulées par des balles de riz).

Jour 1 : intervention en mer


Le mardi 10 mai a vu le déroulement des opérations d’assistance au navire en difficulté (ANED). L'enjeu était alors d'envoyer des équipes d'évaluation et d'intervention à bord des navires, et de lancer des analyses afin de déterminer l'état général des bâtiments et d'éventuels risques de pollution.
Cette étape réalisée, est venue celle du remorquage vers un port refuge, le port du Havre, où étaient mobilisés des moyens adaptés de lutte anti-pollution.

Jour 2 : intervention à terre


Une fois le bateau à quai, les dispositifs de récupération et de lutte contre la propagation de la pollution ont été mis en œuvre, et c’est là qu’intervenaient les équipes de Séché Urgences Interventions.
Leur rôle : assurer la gestion, en toute sécurité, des hydrocarbures récupérés par l’Argonaute, le bateau de dépollution marine. La première étape a consisté à pomper ces hydrocarbures stockés dans un réservoir mobile de 70 m3. Ils ont ensuite fait l’objet d’un pré-traitement, sur le quai, avant chargement en citernes.

D’importants moyens et logistiques ont été déployés par SUI pour participer à cet exercice, 4 véhicules d intervention, les moyens de traitement et stockage et de logistique, sans oublier les 12 salariés qui ont su démontrer leur professionnalisme au cours de cette opération.

Une belle expérience pour les équipes, et une réussite collective !

SUI_Polmar-56.jpg

SUI_Polmar-60.jpg

SUI_Polmar-59.jpg

SUI_Polmar-97.jpg